Lettre d'information: Des journalistes accusés de diffamation en Thaïlande sont innocentés

Mardi, 1 septembre, la journaliste thaïlandaise, Chutima Sidasathian, et le journaliste australien, Alan Morison, du site d’information Phuketwan, ont été acquittés par le Tribunal de la province de Phuket.

Toutes les charges de diffamation ont été levées. Dans son arrêt, le juge Chaipthawat Chaya-ananphat déclare que les autorités ne peuvent recourir à la Loi sur les délits en ligne pour accuser des journalistes de diffamation car la loi punit le piratage et les logiciels malveillants.

La prétendue diffamation a été dénoncée en décembre 2013 alors que les accusations datent du 17 avril 2014. Ce sont les articles 326 et 328 du Code pénal thaï qui ont été invoqués ainsi que l’article 14(1) de la Loi sur les délits en ligne.

Ces accusations font suite à la publication sur le site d’information, le 17 juillet 2013, d’un simple paragraphe d’un rapport spécial de l’agence Reuters sur la migration par la mer des Rohingyas et l’implication de la marine thaï.

La FIJ - AP et Media, Entertainment & Arts Alliance (MEAA), le syndicat australien, ont envoyé le juriste australien, Mark Plunkett, en tant qu’observateur au procès, notamment lors du prononcé du verdict. « Voilà un rappel qui tombe à point nommé. Il est grand temps d’en appeler à l’abrogation de la loi de pénalisation de la diffamation et de la loi sur les délits en ligne malveillants. Elles menacent la liberté d’expression de toute la population en Thaïlande mais servent surtout à étouffer la liberté des médias d’information en menaçant et en intimidant tous les journalistes qui informent sur le pays », a-t-il déclaré.

Pour en savoir plus, cliquez ici et pour lire le rapport du procès, ici.