Les journalistes camerounais se réjouissent de la création d’une commission chargée de négocier la convention collective des journalistes

Communiqué du Syndicat National des Journalistes du Cameroun


Les membres du Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) se réjouissent de la publication de l’arrêté historique (n°37/Mintss/Sg/I1) du 07 juillet 2005 portant création et nomination des membres de la Commission paritaire chargée de la négociation, de l’élaboration et de l’adoption de la convention collective nationale des journalistes et activités connexes du Cameroun.


Le SNJC en félicite en particulier les Ministres : de la Communication, le Pr. Pierre Moukoko Mbonjo ; et du Travail et de la sécurité sociale, le Pr. Robert Nkili qui, avec d’autres services de l’Etat, ont déclenché ce processus dont l’aboutissement changera de manière probante la jungle des médias camerounais, dont la liberté de ton de la plupart contraste généralement avec les pratiques sociales rétrogrades et humiliantes qui y sont entretenues impunément.


Sur les 12 membres travailleurs de cette Commission, le Ministre du Travail a nommé 7 membres proposés par le SNJC - à l’exclusion du président, Jean-Marc Soboth, ce dernier ne s’étant pas proposé dans la correspondance signée par lui-même le 29 mars 2004 et adressée à l’ex-Ministre de l’Emploi, du travail et de la prévoyance sociale (Metps).


Le président du SNJC qui a déjà eu plusieurs échanges avec le Ministère du Travail à ce propos, et une séance de travail avec le président de ladite Commission, M. Oumar Alhadji Alifa, a fait comprendre à ce dernier les préoccupations du Syndicat au sujet de la représentativité des médias et des travailleurs devant siéger à la Commission, mais également l’intérêt de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) à voir avancer ce processus et, enfin, le vœu du respect des termes de la Convention n°98 de l’OIT sur la négociation collective qui prescrit la protection adéquate des représentants des travailleurs face à toute forme de pression et d’ingérence au cours des débats, cela étant donné qu’en son article 3, l’arrêté dispose que « Le budget de fonctionnement de la Commission (…) est à la charge exclusive des employeurs de la branche d’activité ».


Le SNJC invite les médias nationaux et internationaux, la communauté nationale et internationale à appuyer le gouvernement camerounais dans ce processus dont la mise en œuvre devrait, plus que les bricolages observés jusque-là, notoirement améliorer le paysage médiatique, en générant des journalistes et une presse nationale plus crédibles aux plans du professionnalisme, de la déontologie et de l’éthique.


Fait à Douala, le 22 juillet 2005


Pour le SNJC,


Le président,


Jean Marc SOBOTH