Les journalistes attirent l'attention sur la liberté rédactionnelle alors que la crise de l'audiovisuel se renforce dans plusieurs pays

Les récents développements en France et en Italie, où des chaînes publiques et privées de premier plan se battent pour l'indépendance rédactionnelle, mettent l'accent sur une crise croissante des journalistes de l'audiovisuel, déclare aujourd'hui la Fédération Internationale des Journalistes et son groupe régional, la Fédération Européenne des Journalistes.


"Les affaires et la politique exercent une énorme pression sur les forces vives du journalisme indépendant", a déclaré Aidan White, Secrétaire général de la FIJ et de la FEJ, "et les dirigeants européens doivent prendre leurs responsabilités pour protéger les journalistes des influences néfastes."


Les dirigeants de la FEJ vont se réunir à Bruxelles ce week-end et vont aborder, entre autre, le problème de l'emprise que détient à présent le Premier Ministre italien Silvio Berlusconi sur les télévisions publiques et privées du pays.


Hier, les nouveaux directeurs des chaînes publiques de la RAI ont été nommés. Cette nouvelle structure signifie qu'à présent M. Berlusconi, magnat des médias, contrôle cinq chaînes nationales sur six avec l'aide de ses alliés.


"Il est urgent de résoudre ce conflit d'intérêt où le maître politique du pays contrôle également la plupart du paysage audiovisuel", a déclaré Aidan White, "ce conflit rampant est une menace pour l'indépendance rédactionnelle et pour la démocratie". Au même moment, un conflit a éclaté en France pour l'avenir de Canal +. La télévision payante qui s'est distinguée par son émission satirique "Les guignols de l'info" est au cœur du problème de l'influence des grands groupes dans les questions rédactionnelles. Sous la pression de Jean-Marie Messier, magnat des médias et dirigeant de Vivendi Universal, le Conseil d'Administration de Canal+ a limogé le PDG de la chaîne, Pierre Lescure. Les impératifs financiers ont clairement pris le dessus sur le professionnalisme et l'indépendance. Le cas est examiné aujourd'hui par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et Canal+ pourrait faire l'objet de sanctions en cas d'irrégularités. Plusieurs politiciens ont déjà condamné les procédures de ce renvoi.


"Il existe une peur que les intérêts économiques tentent de mettre un frein au profil indépendant de cette chaîne", a déclaré Aidan White. "Nous allons examiner les conséquences avec nos membres en France".


Dans un même temps, de sérieuses menaces pèsent également sur l'indépendance rédactionnelle en Catalogne où l'interférence politique va croissant au sein des radio-télévisions publiques dans la perspective des prochaines élections. Les récents changements au sein de la direction de TV3 et de Catalunya Radio, ainsi que les tentatives d'interférences de la part du parti nationaliste au pouvoir, conduisent à des problèmes comparables à ceux de la France et de l'Italie.


La FIJ et la FEJ appellent la Commission européenne à sortir de sa réserve sur la situation en Italie et à renforcer son engagement en faveur de l'indépendance rédactionnelle. "Le silence de la Commission sur ce qui se passe en Italie et les récents évènements en France soulèvent de véritables peurs quant à une complaisance politique sur les atteintes à l'audiovisuel indépendant", a déclaré la FIJ.