Le paysage médiatique encore incertain bien que l'Éthiopie a libéré les journalistes emprisonnés

 

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ)

a exprimé sa préoccupation aujourd'hui sur l'environnement médiatique en Ethiopie,

bien que tous les journalistes emprisonnés en rapport avec leur travail après

la répression de Novembre 2005, aient été libérés.

« La libération de prison de tous les

journalistes en Ethiopie est une évolution positive, » a dit Gabriel Baglo, le Directeur

du Bureau Afrique de la FIJ. « Toutefois, nous attendons toujours que le

gouvernement éthiopien mette un terme à l'intimidation des journalistes afin de

faire en sorte que les médias indépendants puissent travailler librement. » 



Une mission de la FIJ et de l'Association des Journalistes

d'Afrique de l'Est en Ethiopie il ya deux semaines, a noté que le paysage

médiatique en Éthiopie est encore instable, d’autant plus qu’environ huit

journaux fermés au cours de la répression de Novembre 2005 se voient refuser

l’attribution de licences d'exploitation. Un certain nombre de journalistes

éthiopiens en exil ont encore peur de rentrer chez eux par crainte de

représailles. La nouvelle loi sur les médias adoptée par le Parlement le 2

Juillet, est jugée répressive par des journalistes indépendants éthiopiens comportant

de dures sanctions liées à la diffamation ; d'autres journalistes se sont opposés

à l'introduction du projet de loi sur la liberté d'information dans la loi sur

les médias.

La FIJ demande instamment au gouvernement éthiopien

d'accepter le rôle que les médias jouent dans la société et de permettre aux

médias d’accomplir leurs fonctions dans des normes acceptables et des

conditions nécessaires dans une démocratie moderne.

« Le gouvernement devrait engager le dialogue,

surtout avec les médias indépendants dans le but d'améliorer la liberté de la

presse et les conditions de travail des journalistes pour un journalisme

éthique en Éthiopie», a déclaré Baglo.

Pour plus d’informations, merci de

contacter le + 221 33 842 01 43
La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 122 pays dans le monde