La FIJ salue l'acquittement de deux accusés dans le meurtre d'un journaliste en RDC mais condamne les irrégularités dans le procès

 

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a salué

aujourd'hui l'acquittement de deux amis du journaliste de Radio Okapi Serge

Maheshe qui étaient accusés d'avoir participé à son assassinat, mais a condamné

les irrégularités dans le procès en appel qui n'a pas pu faire découvrir le

responsable du meurtre.

Le tribunal militaire de Bukavu mercredi a innocenté les deux

amis de Maheshe qui étaient avec lui quand il a été tué, de toute implication

dans le meurtre mais a condamné à mort, les deux présumés tireurs inculpés de

même qu’un troisième homme qui serait leur complice.

 « Nous nous félicitons de la libération

des amis de Maheshe mais cette décision a été assombrie par notre crainte que la

vérité n’est toujours pas faite sur l'assassinat de Serge, » a dit Gabriel

Baglo, Directeur du Bureau Afrique de la FIJ. « Cette décision n'a pas

fait éclater la vérité et nous demandons au gouvernement congolais de rouvrir

l'affaire et la transférer à un tribunal civil et indépendant en vue de conduire

une enquête sérieuse pour découvrir  le responsable

de ce meurtre. »

Certains

observateurs et des avocats envoyés pour suivre le procès ont reçu des menaces

de mort quand ils ont signalé des problèmes et des irrégularités dans le

procès. La FIJ a appelé les autorités congolaises et le tribunal militaire de

Bukavu à enquêter sur les menaces contre les observateurs et les avocats de la

défense.

La cour d'appel a confirmé la condamnation à mort prononcée en première

instance contre les présumés tireurs Freddy Bisimwa et Mugisho Mastakila. Ils

ont été inculpés d’avoir tué afin de « faciliter un vol à main armée »,

mais la cour d'appel n'a pas affirmé l’inculpation initiale de « meurtre »

contre les deux hommes. Un troisième accusé, Bisimwa Sikitu Patient, qui n'a

pas été précédemment condamné a été inculpé d'association de malfaiteurs et

également condamné à mort.

Dans le procès en appel, le Ministère Public a demandé

l'acquittement des deux amis du journaliste faute de preuves. Bisimwa et

Mastakila ont rétracté leurs accusations désignant les amis de Maheshe, Serge

Muhima et Alain Mulimbi Shamavu comme commanditaires de l'assassinat. Bisimwa

et Mastakila ont dit qu'ils ont fait ces allégations à la demande de deux magistrats

militaires.

Les

représentants d’organisations locales des droits de l'homme et le groupe

international Protection Internationale qui ont observé le procès ont dénoncé des irrégularités, notamment le mauvais

traitement des vêtements portés par le journaliste quand il a été tué, le refus

de faire comparaître des témoins d'un camp militaire près du lieu du crime et le

refus du tribunal de permettre une autopsie et l'expertise balistique pouvant

être utilisés comme preuves dans le procès.

Maheshe,

journaliste et responsable de l’antenne de Bukavu de Radio Okapi, qui est

soutenue par la MONUC (Mission des Nations Unies en République Démocratique du

Congo), a été abattu le 13 Juin 2007. A la fin d'un procès qui s’est tenu

devant le tribunal militaire de Bukavu du 14 Juin au 28 août 2007, Muhima et

Shamavu, qui étaient les seuls témoins oculaires de son assassinat ont été

condamnés à mort avec Bisimwa et Mastakila.

Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 33

842 01 43
La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 120 pays dans le monde