La FIJ proteste fermement contre le raid et la fermeture du siège du syndicat des journalistes somaliens par des miliciens

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) proteste fermement contre le raid et la fermeture du siège du syndicat national des journalistes somaliens (NUSOJ) à Mogadiscio le 3 juillet par des miliciens armés.


« Après la réunion du comité exécutif aujourd’hui, trois miliciens armés sont entrés dans les locaux et ont évacué de force les membres du comité exécutif les menaçant de traîner leurs cadavres hors du bureau s’ils ne s’exécutaient en cinq secondes » a déclaré le NUSOJ. « Dans l’après-midi du 30 juin, des individus sont entrés par effraction dans le bureau et le cachet du syndicat, des documents, des archives de communiqués et autres ont été emportés ».


Des miliciens continuent à occuper le siège du NUSOJ basé à Mogadiscio contrôlé par l’Union des Tribunaux Islamiques depuis le mois dernier. Le Secrétaire à l’organisation du NUSOJ Ali Moallim Isak a également reçu récemment des menaces de mort par téléphone.


« Nous condamnons fermement ces actions qui visent à intimider les membres du NUSOJ et les journalistes somaliens en général » a dit Gabriel Baglo le Directeur du bureau Afrique de la FIJ.


« Nous demandons au Président de l’Union des Tribunaux Islamiques Sharif Sheikh Ahmed d’accorder une attention particulière à cette situation afin que le siège du NUSOJ soit rouvert immédiatement et sans condition et que les membres du NUSOJ et tous les journalistes soient protégés par les Tribunaux Islamiques comme il l’a promis aux journalistes internationaux après l’assassinat le 23 juin 2006 du journaliste suédois Martin Adler dont les meurtriers courent toujours».




Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 842 01 43

La FIJ représente plus de 500 000 journalistes dans plus de 110 pays