La FIJ met les employeurs des médias au défi alors que 2006 est “l’année la plus sanglante” pour le journalisme

La Fédération internationale des journalistes (IFJ) a publié aujourd’hui son rapport annuel sur les journalistes et travailleurs des médias tués l’année dernière, confirmant que le nombre total de victimes s’élève à 155 tués et 22 morts accidentelles et que l’année 2006 établit un record pour le journalisme mondial.


Le rapport de la FIJ, Journalism Put to the Sword in 2006 (Le journalisme décimé en 2006) – fournit des détails sur le nombre de tués, y compris les 69 morts dans le seul Irak. Le rapport défie également les employeurs des médias et les gouvernements en leur demandant d’augmenter les niveaux de sécurité.


La FIJ déclare que des compagnies telles que Reuters, BBC et CNN ont utilisé leur réputation mondiale, de même que certains membres de l’Union européenne de radiodiffusion, pour se comporter en pionniers d’une culture de la sécurité. Cependant le secteur dans son ensemble se trouve toujours dans une situation de « déficit » lorsqu’il s’agit de réduire les risques pour les journalistes et les travailleurs des médias.


“Il existe un fossé entre les médias qui prennent leur responsabilité envers leur personnel au sérieux, a déclaré le Secrétaire général de la FIJ Aidan White, “et ceux qui envoient des gens sur le terrain sans se soucier de ce qui peut leur arriver”.


Selon la FIJ, les employeurs des médias n’ont pas d’excuses pour ne pas rejoindre l’International News Safety Institute, une coalition indépendante qui fait campagne pour la formation à la sécurité et pour une meilleure protection des journalistes.


“Tout le monde doit y participer pour réduire le niveau de violence dont souffre notre profession,” a déclaré Aidan White.


Afrique: 5 tués

4 morts accidentelles


“En Afrique, le problème de la sécurité des journalistes est particulièrement criant en raison des conflits au Congo, en Somalie et au Soudan. Il existe également des problèmes récurrents de sous-financement des médias,” d’après Gabriel Baglo, le Directeur du Bureau Afrique de la FIJ.


“Même dans cette région, les employeurs et les autorités publiques – en l’occurrence les Etats, peuvent faire plus pour investir dans la sécurité et la protection du personnel des médias”, a déclaré M. Baglo.



Amériques: 37 tués

10 morts accidentelles


En Amérique latine, où les syndicats de journalistes se battent pour améliorer leurs conditions de travail, les employeurs portent une responsabilité toute particulière, selon la FIJ.


Mis à part le soutien de l’organisation de médias la plus importante de la région, Globo, les employeurs, même si certains sont des groupes bien établis, ont rechigné à donner la priorité aux problèmes de sécurité, selon Gregorio Salazar, Coordinateur régional de la FIJ pour l’Amérique latine.


“Année après année, le tribu payé par les médias en Amérique latine reste lourd et cette année n’a pas été une exception”, a-t-il déclaré. “Mais nous constatons toujours que certains employeurs traînent les pieds. Ceci est une problématique qui appelle des actions, pas des haussements d’épaule d’impuissance.”


Asie Pacifique: 34 Tués

8 Morts Accidentelles


“En Asie, le nombre de tués continue d’augmenter et la pression exercée sur les journalistes reste constante dans certaines zones de conflit mais on a toujours l’impression que beaucoup d’employeurs de médias et de gouvernements n’ont toujours pas compris le message”, a déclaré Jacqui Park, Directrice du Bureau Asie Pacifique. “Nous avons besoin d’un engagement à trouver, dans la pratique, des moyens de réduire les risques et d’augmenter la prise de conscience vis-à-vis de ces derniers.”


Europe: 6 Tués


“Le meurtre d’Anna Politkovskaya a attiré l’attention du monde sur les menaces qui pèsent sur les journalistes en Russie mais elle n’était qu’une journaliste parmi beaucoup d’autres tués là-bas ces dernières années”, a déclaré Arne Konig, Président de la Fédération Européenne des Journalistes.


“Le gouvernement russe et les propriétaires des médias doivent agir davantage pour protéger les journalistes et traîner le meurtrier d’Anna et de tous nos autres collègues assassinés devant la justice,” a-t-il ajouté.


Moyen-Orient: 73 Tués


“Les décès tragiques de 69 journalistes et collaborateurs des médias en Irak a fait de cette année l’année la plus sombre à ce jour dans notre secteur,” selon Aidan White, Secrétaire Général de la FIJ. Presque tous nos collègues tués dans ce pays étaient des journalistes irakiens. Il est clair que le gouvernement irakien, tous comme l’armée américaine, doivent faire de la sécurité une de leurs principales priorités, sinon le pays ne jouira jamais d’une réelle liberté des médias.”

Vous pouvez lire le Rapport de la FIJ dans son intégralité sur:

 ©


Pour plus d’information, veuillez contacter la FIJ au 32 2 235 2207

La FIJ représente plus de 500.000 journalistes dans plus de 100 pays