La FIJ exhorte les employeurs des médias du Cameroun à négocier une convention collective équitable

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a exhorté aujourd'hui les employeurs du Cameroun à négocier et à signer une convention collective équitable pour le secteur des médias alors qu’ils sont retournés à la table de négociation avec les représentants des travailleurs après 21 mois de blocage dans les négociations.


« Nous nous félicitons de la reprise des négociations et réaffirmons notre soutien aux revendications de nos collègues syndicalistes et des travailleurs des médias au Cameroun, » a dit Gabriel Baglo, Directeur du Bureau Afrique de la FIJ. « Nous appelons les Ministres du Travail et de la Communication à s'impliquer davantage dans les négociations pour veiller à ce que les deux parties arrivent rapidement à un accord juste et équitable. »


La FIJ estime que les employeurs devraient signer l'accord « sans conditions préalables d'autant plus que le gouvernement a manifesté sa volonté d'accepter certaines de leurs revendications. » Les discussions ont été bloquées en janvier 2006 après que les employeurs ont exigé au gouvernement des exonérations fiscales et des revenus de la redevance auxquels les Radiodiffuseurs publics ont droit.


Lorsque les discussions ont repris le 16 novembre, les employeurs présents ont accepté une nouvelle grille salariale proposée par les représentants des travailleurs. La grille doit encore être approuvée par les employeurs qui n'étaient pas à la réunion. Les négociations doivent reprendre aujourd'hui.


L'objectif de la négociation, qui a commencé en 2005, est de mettre en place la première convention nationale devant réglementer les relations entre employeur-employé et garantir de meilleures conditions de travail pour les journalistes et les travailleurs des médias au Cameroun.


Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 33 842 01 43

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 120 pays dans le monde