La FIJ Dénonce la Fermeture des Médias sans l’Aval du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel en RDC

La Fédération Internationale des Journalistes

(FIJ) a aujourd’hui condamné avec la dernière énergie l’attitude du Conseil

Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) de la République

Démocratique du Congo (RDC) qui s’abstient d’intervenir au moment où des hommes

s’arrogent le droit de couper le signal des chaînes de radiodiffusion et de

télévision.


« Le CSAC est le seul organe habilité à couper le

signal des chaînes de radio et de télé. Il doit assumer ses responsabilités en

mettant de l’ordre à ces pratiques qui compromettent la liberté de la presse »,

a déclaré Gabriel Baglo, directeur Afrique de la FIJ.


Selon le Syndicat National des Professionnels de

la Presse (SNPP), un affilié de la FIJ, depuis plusieurs mois, des hommes

s’arrogent le droit de fermer des médias et de couper le signal des chaînes de

radiodiffusion et de télévision sans que le CSAC, seul organe habilité à le

faire, ne bronche.


 La dernière victime de ces hors la loi est

la Radio Ngoma- FM émettant à Beni, Province du Nord-Kivu, réduite en silence

par une décision du maire de la ville. Le  SNPP note avec inquiétude que

GKVTV (Mbanza Ngungu), RLTV (Kinshasa), RTAS (Kasaï Oriental), Radio Soleil

(Nord-Kivu) et Radio Liberté (Nord-Kivu) ont toutes été récemment

réduites  au silence et demeurent fermées sans la moindre réaction du

CSAC.

 

Le SNPP rappelle enfin que la fermeture

intempestive des Médias prive aux populations de leur droit à l’information,

lequel est pourtant garanti par la Constitution de la RDC et les instruments

internationaux ratifiés par ce pays.

 

Pour

plus d informations, veuillez contacter la FIJ au : +221 33 867 95 86

La FIJ représente plus de 600.000

journalistes dans 134 pays.