La FIJ Condamne Vigoureusement le Meurtre d’un Journaliste en Ligne au Sud-Soudan

La

Fédération  Internationale des

Journalistes (FIJ) a vigoureusement condamné aujourd’hui l’assassinat d’un

journaliste de la presse en ligne au Sud-Soudan.

Diing

Chan Awuol  a  été tué par balle mercredi dernier dans une

banlieue de Juba, la capitale du Sud-Soudan.

 

“Nous

dénonçons cet assassinat du journaliste Diing Chan Awuol. Cela est un mauvais

signal qui montre que le gouvernement du Sud-Soudan n’est pas prêt à protéger

la sécurité des journalistes et les valeurs démocratiques comme la liberté de

presse et la liberté d’expression. Nous lançons un appel au gouvernement du Sud-Soudan

à prendre immédiatement les mesures appropriées pour assurer un environnement

de paix pour les militants et défenseurs des libertés de presse, d’expression

et d’information », a déclaré Gabriel Baglo, Directeur Afrique de la FIJ.

 

De

crédibles sources d’information en provenance du Sud-Soudan ont confirmé l’assassinat,

en indiquant que  Diing Chan Awuol,  plus connu sous le nom de  Isaiah Abraham bloggeur et chroniqueur du Sudan Tribune basé à Paris,  de Gurtong  et 

de Sudanese Online,  a été tué de sang froid en dehors de sa maison

située dans une banlieue de Juba  dans la

matinée du 5 décembre 2012, par des inconnus armés qui l’ont attiré en dehors

de la maison.

 

Des

membres de sa famille ont également indiqué que Diing Chan Awuol  a reçu des menaces par téléphone  et l’ordre 

d’arrêter d’écrire ou d’en tirer toutes les conséquences en cas de

refus.

 

 La FIJ est préoccupée de la montée de la

culture de l’impunité au Sud-Soudan et demande  une enquête rapide sur ce crime.  Le pays fait partie avec l’Iraq, le Mexique,

le Népal et le Pakistan des points focaux pour la mise en œuvre du Plan d’Action

des Nations Unies sur la Sécurité des Journalistes.

 

Cet   assassinat a lieu au moment où des

défenseurs de la liberté de la presse font état de certaines tendances très

inquiétantes en ce qui concerne la liberté des médias au Sud-Soudan après des

mois de tensions sociopolitiques faisant suite à la décision gouvernementale de

suspendre la production de pétrole après les désaccords avec le gouvernement

soudanais au Nord.

 

«Il

est nécessaire d’agir immédiatement pour  dissuader toute  violence contre les journalistes au Sud-Soudan »,

a ajouté Baglo.  « Ne pas agir

ferait des journalistes des proies faciles et rejetterait la responsabilité des

prochaines agressions de journalistes entre les mains du gouvernement ».

 

Pour plus d’information veuillez contacter la FIJ au +221 33 867 95 86/87

La FIJ représente plus de 600.000 journalistes

dans 134 pays