La FIJ condamne l’extension de la censure des médias au Tchad

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a condamné aujourd’hui l’extension pour six (6) mois du contrôle des médias au Tchad qui rend impossible la couverture de la rébellion et la violence dans le pays et a appelé le gouvernement à annuler immédiatement la loi.

Sous la nouvelle réglementation, les médias du Tchad sont soumis à la « censure préalable » des journaux privés et les radios sont interdites de diffuser des programmes pouvant « porter atteinte à l ‘ordre public, à l’unité nationale, à l’intégrité du territoire et au respect des institutions républicaines ».


« Nous condamnons cette grave violation de la liberté de la presse, » a dit Gabriel Baglo, Directeur du Bureau Afrique de la FIJ. « Le gouvernement du Tchad doit savoir qu’avec les technologies de nos jours il est impossible de contrôler l’information. Ces actions draconiennes vont uniquement faciliter la propagation des rumeurs et de la désinformation pendant qu’il interdit la couverture professionnelle du conflit. »


L’Assemblée Nationale du Tchad a voté jeudi dernier, sur proposition du premier Ministre, la prolongation de six mois à compter du 26 novembre de l’état d’urgence décrétée dans la majeure partie du pays le 13 novembre pour mettre fin à des violences dans l’Est.


En étendant l’état d’urgence, l’assemblée a aussi prorogé la loi qui soumet la presse écrite privée à une autorisation préalable d’agents de l’Etat avant la publication. Les radios sont elles aussi limitées dans la couverture des problèmes du pays.


Selon les autorités tchadiennes, l’instauration de la censure de la presse s'explique par le fait que les mises en garde du gouvernement et les recommandations du Haut Conseil de la Communication (HCC), organe de régulation des médias sont « régulièrement foulées aux pieds ».

La FIJ appelle le gouvernement à lever la censure sur les médias et à utiliser les lois existantes pour assurer la liberté des médias et une couverture responsable des événements au Tchad.



Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 842 01 43

La FIJ représente plus de 500 000 journalistes dans plus de 110 pays