La FIJ condamne l’attaque d’un journal par les forces du gouvernement somalien

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a condamné aujourd'hui la récente attaque par les forces gouvernementales dans les locaux du journal privé Waayaha ; l’attaque est considérée comme une tentative de confisquer leur matériel et empêcher les journalistes de couvrir des opérations militaires dans le quartier.


« Il est inacceptable que les forces gouvernementales se comportent comme des bandits, » a dit Gabriel Baglo, Directeur du bureau Afrique de la FIJ. « Nous condamnons cette mesure et demandons au Premier Ministre du Gouvernement Fédéral de Transition (TFG) de prendre des mesures urgentes pour remettre les équipements aux journalistes et leur permettre de travailler en toute sécurité. »


Selon le Syndicat National des Journalistes Somaliens (NUSOJ), les forces de sécurité du TFG qui, mardi, effectuaient des opérations de sécurité dans le marché de Bakara, sont entrées dans les locaux de Waayaha situés à proximité et ont fait des fouilles. Les soldats ont pris 5 appareils photo numériques et 3 téléphones mobiles et menacés de tuer les journalistes s'ils tentaient de récupérer leurs équipements.


Les forces gouvernementales sont soupçonnées d’avoir voulu intimider les journalistes et pris leurs équipements afin qu'ils ne soient pas en mesure de couvrir les opérations en cours dans le marché.


« Les journalistes ne sont pas des combattants ; les autorités gouvernementales doivent mettre fin aux brutalités des forces de sécurité contre les organes de presse, » a dit Omar Faruk Osman, Secrétaire Général de NUSOJ.


Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 33 842 01 43

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 120 pays dans le monde