La FIJ condamne l'assassinat d'une journaliste colombienne en Equateur

La Fédération Internationale de Journalistes (FIJ) partage

le sentiment d'horreur exprimée par la Fédération colombienne des journalistes

(FECOLPER) et son bureau de Bogotá, CESO-FIP (Centre de Solidarité de la FIJ à

Bogotá), à la suite de l‘ assassinat de María Eugenia Guerrero, une jeune

journaliste colombienne de 27 ans qui animait une émission sur une radio de la

localité de Ipiales, dans le sud de la Colombie.

 

Son corps a été retrouvé dans

la ville de Tulcán, située de l'autre côté de la frontière, sur le territoire

d'Équateur.

Selon les sources médicales citées par la presse,

la journaliste a aussi été victime d'agressions sexuelles avant d'être

finalement violemment frappée et tuée. María Eugenia a été vue pour la dernière

fois lundi dernier mais son cadavre n'a été retrouvé que jeudi le 5 février.

« Nous ne voulons pas privilégier une piste

quelconque mais nous demandons une enquête qui devrait être menée conjointement

par les autorités de la Colombie et celles d'Equateur », a déclaré Eduardo

Márquez, Présidente de FECOLPER et Directeur de CESO-FIP, qui a ajouté :

« dans tous les cas, il est nécessaire d'éclaircir les circonstances de ce

crime pour pouvoir poursuivre en justices ses auteurs».

La FIJ suivra avec le maximum d'attention le

progrès de l'enquête, en coordination avec FECOLPER, pour qu'il n'y ait pas le

moindre doute sur cette affaire ni sur les autres cas d'attaques contre les journalistes.

Pour plus d'information,

contacter la FIJ au

            +32 2 235 2207       

La  FIJ représente plus de 600,000

journalistes dans 123 pays du monde