La FIJ condamne l’agression inhumaine d’une journaliste par des miliciens à Biadoa (Somalie)

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) condamne vigoureusement l’agression inhumaine de la journaliste Maryan Mohamud Qalanjo de Radio Shabelle par des miliciens armés, fidèles au Porte-parole du Parlement somalien, Sharif Hasan Shaykh Adan, le 1er Juin à Baidoa (Sud-ouest de la Somalie).


« Maryan a été sortie de force de sa chambre d’hôtel et a été frappée à plusieurs reprises et conduite au commissariat de police de Baidoa » a déclaré le syndicat des journalistes de Somalie (NUSOJ).


La journaliste a été violemment frappée avec les crosses de fusils des miliciens du Rahanweyn Resistance Army (RRA) qui contrôlent le Sud-ouest des régions de Bakool et Bay. Cette agression est due à des interviews que Maryan Qalanjo a réalisées avec des membres du parlement qui étaient très critiques à l’endroit de leur Porte-parole.


« Cette agression cruelle et préméditée avait pour objectif de porter atteinte physiquement à Maryan et de l’intimider » a déclaré Omar Faruk Osman, le Secrétaire Général du NUSOJ.


Maryan Mohamud Qalanjo a été détenue au commissariat de police pendant trios heures et a été libéré suite à un décret du Ministre de l’Intérieur du Gouvernement Fédéral de Transition, le Colonel Hassan Mohammed Nur, une décision qui lui interdit également de travailler à Baidoa.


« En solidarité avec nos confrères du NUSOJ, nous condamnons vigoureusement cette agression inhumaine de Maryan Mohamud Qalanjo » a déclaré a déclaré Gabriel Baglo, Directeur du bureau Afrique de la FIJ. « Nous appelons le Gouvernement Fédéral de Transition de la Somalie à mener une enquête afin de conduire les responsables de ces actes devant la justice et à lever l’interdiction de travailler à Baidoa qui pèse sur la journaliste».


Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 842 01 43

La FIJ représente plus de 500 000 journalistes dans plus de 110 pays