La FIJ condamne la lourde sentence contre une journaliste gambienne critique du Président

 

La Fédération internationale des journalistes (FIJ)

a condamné aujourd’hui la sentence prononcée contre une journaliste gambienne

basée aux Etats-Unis, Fatou Jaw Manneh, à une lourde amende ou à défaut quatre

années en prison pour différents délits dont la sédition pour avoir écrit des

articles critiques à l'égard du président gambien, Yahya Jammeh.

 « Nous

condamnons cette sentence injuste et infondée, » a dit Gabriel Baglo, le

Directeur du bureau Afrique de FIJ. « Bien que la longue procédure

judiciaire ait paru comme un déni de justice, Fatou a enduré le traumatisme de

cet interminable procès et n’a pas renoncé. Cette lourde sentence infligée à

Fatou, soulève la question de l'indépendance de la justice en Gambie. Nous félicitons

Fatou pour sa détermination et son courage tout au long de l'affaire.»

Mme Manneh a été reconnue coupable et condamné le

lundi 18 août, à une amende de 250000 Dalasi (8,000 Euros) ou à purger une

peine de quatre ans d’emprisonnement ferme avec travaux forcés par un tribunal

gambien pour les délits d'intention séditieuse, la publication de propos

séditieux, la publication de fausses nouvelles avec l'intention de provoquer la

peur et d'alarmer l'opinion publique gambienne.

Selon la Présidente du Syndicat de la Presse

Gambienne (GPU), Ndey Tapha Sosseh, le GPU et la famille de Manneh ont réuni et

payé le montant de l'amende et elle n'a pas été emprisonnée. Les documents de

voyage de la journaliste, qui lui avaient été initialement confisqués par les

autorités, lui ont été retournés.

Résident aux Etats-Unis depuis 1994, et contributrice

du site AllGambian.net, Mme Manneh a

été arrêtée par des agents de l’Agence Nationale de Renseignements (NIA) à

l'aéroport international de la capitale gambienne, Banjul, le 28 Mars 2007,

date à laquelle elle est allée rendre hommage à son défunt père. La journaliste

a été détenue pendant une semaine et s’est vu refuser l'accès à sa famille et

son avocat. Son affaire a commencé en Mars 2007 et a duré plus d'un an.

Pour plus d’informations, merci de

contacter le + 221 33 842 01 43
La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 122 pays dans le monde