La FIJ appelle le Premier Ministre éthiopien à agir contre les peines de prison à vie de journalistes

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a condamné aujourd'hui les peines de prison à vie prononcées contre six journalistes éthiopiens condamnés pour « outrage à la constitution », avec des membres de l’opposition et des militants de la société civile en relation avec des émeutes anti-gouvernementales qui ont eu lieu après les élections nationales de 2005.


« Nous condamnons vigoureusement ces peines injustifiés et arbitraires résultant d'un procès politique, » a dit Gabriel Baglo, Directeur du bureau Afrique de la FIJ. « Nous appelons le Premier Ministre Meles Zenawi à agir d’urgence pour la libération sans condition de tous les journalistes emprisonnés. Ce serait un pas important vers la réconciliation nationale dont le pays a besoin. »


Lundi un tribunal de Kaliti (dans les environs d'Addis-Abeba) a condamné à la prison à vie les quatre journalistes Andualem Ayele Legesse du journal Ethiop, Mesfin Tesfaye Gobena de Abay, Zelalem Guebre de Menelik et Abey Gizaw de Netsanet. Guebre et Gizaw ont été condamnés par contumace.


Deux autres journalistes, Wonakseged Zeleke Tessema de Asqual et Dawit Fasil Woldeselassie de Satenaw ont été condamnés respectivement à trois ans et 18 mois de prison ferme. Dawit a déjà été emprisonné au-delà de cette période et devrait être bientôt libéré.


La semaine dernière le procureur a requis la peine de mort pour les accusés.


Les journalistes étaient parmi quarante trois accusés qui ont été condamnés lundi. Cinq d'entre eux ont été jugés par contumace.


Le tribunal de Kaliti a également infligé de lourdes amendes et ordonné la fermeture des trois maisons d'édition Sisay Publishing and Advertizing, Serkalem Publishing et Fasil Publishing and Advertizing.


Selon des informations le gouvernement a négocié un accord avec les prisonniers qui leur permettrait de sortir de prison s’ils reconnaissent leur culpabilité.


Le 9 avril, huit journalistes emprisonnés ont été acquittés et libérés par la Haute Cour Fédérale. Au moins 13 journalistes sont encore en prison en Ethiopie.



Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 842 01 43

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 114 pays