La FIJ appelle le Gouvernement Somalien à arrêter de harceler les médias après la fermeture du bureau d’une télé et les menaces contre d’autres médias

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a appelé aujourd'hui le Gouvernement Fédéral de Transition (TFG) de Somalie à arrêter de harceler les médias après qu’il a récemment forcé Al Jazeera TV à fermer son bureau à Mogadiscio, menacé de fermeture deux radio privées et détenu deux travailleurs des médias pendant trois jours.


« Nous appelons le gouvernement de transition à mettre immédiatement un terme à ce harcèlement des médias, » a dit Gabriel Baglo, le Directeur du bureau Afrique de la FIJ. « Cette action pour contrôler les médias est une inacceptable violation de la liberté de la presse et nous invitons le gouvernement à laisser les médias travailler en Somalie en totale indépendance et en sécurité. »


Le 22 mars, le Gouvernement Fédéral de Transition (TFG) a ordonné à Al Jazeera et à deux stations de radio privées locales Shabelle Radio et Horn Afrik Radio, d’arrêter d’émettre depuis la capitale du pays.


Selon des sources, un porte-parole du gouvernement a accusé ces organes audiovisuels de « donner de fausses informations sur la réalité en Somalie ». Al Jazeera TV a fermé son bureau à Mogadiscio tandis que les deux radios locales continuent leurs émissions.


Le Ministre de l'Information du TFG, Madowe Nunow, cité dans un reportage du 24 mars de Radio Shabelle a dit qu'il n’était pas au courant que le gouvernement avait ordonné la fermeture de ces médias.


Selon le Syndicat Nationale des Journalistes Somaliens (NUSOJ), dans la même semaine, Bashir Sheik Abdirahman Mohammed un journaliste travaillant pour Radio Shabelle et son chauffeur Osman Qoryoley ont été détenus pendant trois jours. Ils ont été arrêtés le 21 mars alors qu’ils se rendaient à l'aéroport de Mogadiscio pour participer à une conférence de presse du Premier Ministre. Aucune raison n'a été donnée sur cette arrestation.


Entre le 10 et le 12 mars, cinq reporters ont été arbitrairement arrêtés et certains d'entre eux ont été battus par les forces progouvernementales.

Le 15 janvier, le TFG avait déjà fermé trois stations de radio et le bureau de Al Jazeera TV à Mogadiscio deux jours après la déclaration d'un état d'urgence, pour de prétendus reportages biaisés.


Peu de jours avant, le 11 janvier, le TFG a fermé Radio Warsan à Baidoa son siège temporaire.


L’année dernière en juin, l’antenne locale de Baidoa de Radio Shabelle basée à Mogadiscio a également été fermée. Une journaliste a été violemment battue et interdite d’exercer à Baidoa.



Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 842 01 43

La FIJ représente plus de 500 000 journalistes dans plus de 115