La FIJ appelle à la libération d’un journaliste français détenu en Côte d’Ivoire

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a exprimé aujourd’hui sa préoccupation sur la détention prolongée du photojournaliste freelance français Jean-Paul Ney arrêté il y a deux semaines en Côte d’Ivoire pour atteinte à la sûreté de l'Etat.


« Nous sommes préoccupés par la détention prolongée de Ney, » a dit Gabriel Baglo, Directeur du bureau Afrique de la FIJ. « Nous appelons les autorités ivoiriennes à veiller à ce que tous les droits du journaliste soient respectés. Si le gouvernement ne va pas l’inculper pour crime il doit être libéré sans délai. »


Jean-Paul Ney a été arrêté dans la nuit du 27 décembre par la gendarmerie ivoirienne à proximité du siège de la télévision d'Etat ivoirienne RTI. Il est détenu depuis lors. Selon des sources Ney, qui aurait photographié l’extérieur du bâtiment, a été entendu par les services du contre-espionnage ivoirien.


Selon la presse locale le journaliste est arrivé dans le pays le 10 décembre et aurait dit être là pour un reportage sur le processus de désarmement des combattants.


Le gouvernement ivoirien a confirmé l’arrestation de Ney le 6 janvier, précisant que son arrestation est due à son implication dans les « activités subversives du sergent-chef Ibrahim Coulibaly. » Coulibaly, en exil au Bénin, a fait la une de la presse ivoirienne ces dernières semaines, après l’annonce d’un coup d’état qu’il aurait fomenté a été déjoué.


Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 33 842 01 43

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 120 pays dans le monde