La FEJ exhorte la Turquie: Libérez les journalistes emprisonnés maintenant !

Les journalistes actuellement en prison en Turquie doit être mis en liberté

immédiatement, déclare la Fédération européenne des journalistes (FEJ), si le

mouvement vers des réformes clés de la constitution du pays veut respecter les

promesses de démocratie et de liberté.

La

FEJ s'est jointe à son affilié, le syndicat turc TGS, dans un appel à la

libération immédiate et inconditionnelle de plus de 40 journalistes emprisonnés

en Turquie qui sont en prison pour le simple fait d'avoir exercé leur

profession.  Ils ont lancé cet appel

après que la majorité des citoyens turcs aient voté «oui» à la modification de

la Constitution du pays lors d'un référendum au début du mois.

"Nous

exigeons la libération immédiate de tous les journalistes dont le maintien en

détention n'a servi qu'à montrer l'intolérance du pays vis-à-vis d'un véritable

débat démocratique», a déclaré Arne König, Président de la FEJ. «Le vote en

faveur des changements du 12 septembre pourrait offrir la possibilité d'un

véritable changement et d'une modernisation. C'est le moment pour le

gouvernement de faire preuve de leadership et de mettre fin au climat de peur

et d'intimidation qui entoure encore le travail des journalistes turcs. "

Les journalistes turcs sont actuellement en prison en attente d'un jugement sur

base d'accusation de violations du code pénal turc ou des lois

anti-terroristes, par leur travail en tant que journalistes. En outre, plus de

700 journalistes turcs sont confrontés à des procès, et risque d'être

emprisonnés.

"Ces journalistes ne sont coupables que de faire leur travail honnêtement

et professionnellement», a déclaré M. König. «Il est inconcevable qu'ils soient

enfermés uniquement pour avoir exercé leurs fonctions normales de journalistes."

La frustration des journalistes européens est

partagée par les dirigeants des journalistes à l'intérieur du pays. "Nous

exhortons le gouvernement à libérer les journalistes emprisonnés immédiatement

et à réformer le système juridique du pays afin de protéger les droits des

journalistes à respecter la liberté d'expression", a déclaré Ercan Ipekçi,

président du TGS et membre du Comité directeur de la FEJ. "Il ne peut y

avoir de société libre sans un journalisme libre, a-t-il averti," le

gouvernement doit mettre la liberté de la presse au cœur de ses changements

constitutionnels. "

Le

TGS a déjà uni ses forces avec 18 autres organisations de journalistes pour

créer le 25 août la « plate-forme pour la Liberté des journalistes »

dans le but de suivre les questions relatives à la liberté des journalistes. Un

comité juridique sera mis en place pour examiner les dossiers judiciaires

concernant la liberté de presse en Turquie.

La

FEJ appelle ses syndicats membres et les différentes associations de la société

civile à participer à la campagne pour libérer les journalistes turcs

emprisonnés.

Veuillez ouvrir le lien ci-dessous pour signer et envoyer la carte  électronique au Premier

ministre de Turquie, M. Recep Tayyip Erdo?an.

http://www.ifj.org/en/pages/set-turkish-journalists-free

 
Pour plus d'informations, contactez la FEJ au 32 2 235 2202
La FEJ représente plus de 250.000 journalistes dans 34 pays à travers l'Europe