La FEJ demande au Parlement hongrois de respecter l’Etat de droit sur l’octroi de fréquences radio.

Aujourd’hui, la Fédération Européenne des Journalistes (FEJ) a appelé les

législateurs hongrois à rejeter une « proposition dangereuse » pour

la liberté de la presse.

Le vendredi 18 mai, le Parlement hongrois a approuvé des amendements de la

loi sur les médias. Quelques changements ont été apportés suite à une décision

de la Cour Constitutionnelle rendue en Décembre dernier. Néanmoins, certaines

propositions demeurent extrêmement controversées.

L’une d’entre elles stipule que le Conseil des Médias sera seul autorisé à

passer des accords de radiodiffusion, ce qui signifie que les tribunaux

n’auront plus le pouvoir de réviser les règles concernant ces accords.  Un autre amendement suggère que le Conseil

des Médias ne sera même pas tenu de signer un contrat. En d’autres termes, même

si une offre est clairement remportée par un gagnant, le Conseil des Médias

pourra ignorer l’issue de cette offre. La proposition précise aussi que cette

règle sera dotée d’un effet rétroactif pour les procédures en cours.

Ces propositions font clairement référence au cas Klubradio. L’an

dernier, Klubradio, une radio communautaire indépendante, avait remporté

une offre de fréquence de diffusion, mais l’Autorité Nationale des Médias et de

l’Info-communication (NMHH) a refusé de conclure un contrat de diffusion en

affirmant qu’un propriétaire de média n’a le droit de posséder qu’une seule

station de radio dans une certaine ville. La décision a ensuite été rejetée par

la Cour Municipale de Budapest.

 

« Les lois portant sur les médias en Hongrie ont attiré l’attention de

l’Europe l’année dernière. Alors que les institutions politiques et les

organisations professionnelles telles que la FEJ ne cessent de demander des

changements dans le sens de la démocratie, nous sommes consternés par cette nouvelle

ingérence politique dans les affaires médiatiques » a déclaré Arne König,

Président de la FEJ. « Ces propositions constituent un danger pour la

démocratie et pour un journalisme en tant que bien public dans la mesure où les

groupes politiques seront placés au-dessus des lois ».

La FEJ rappelle que les membres du Conseil des Médias sont nommés pour un

mandat de neuf ans suivant des critères politiques.

Alors que le vote final de ces amendements est prévu pour demain, le 24

mai, la FEJ et ses partenaires, l’association des journalistes MUOSZ et le

Syndicat de la Presse hongrois, appellent le Parlement à reconsidérer sa

décision au nom du respect de l’Etat de droit et des normes internationales sur

la liberté de la presse.

La FEJ poursuit sa campagne contre la législation médiatique en Hongrie

depuis sa mise en œuvre et la semaine dernière, le Conseil de l’Europe a

également publié un rapport critique de l’actuelle version de la loi.

 

 

La FEJ est le groupe Européen de la Fédération Internationale des Journalistes

La FEJ représente près de 260 000 journalistes dans 30 pays

Pour plus d'informations, contacter la FEJ au +32 2 235 2200

europe.ifj.org/fr