La FEJ appelle Manuel Barroso à défendre la liberté d'expression et le droit à l'information en Hongrie.

La Fédération européenne des journalistes (FEJ) a

appelé avec insistance le président de la Commission européenne Manuel Barroso,

au moment où une délégation de l'UE se rend à Budapest, à faire modifier la loi

controversée sur les médias adoptée en Hongrie : celle-ci constitue pour la FEJ

une violation de la loi européenne et des principes inscrits dans la charte sur

les droits fondamentaux.

La Commission doit examiner cette loi hongroise et ses

applications, non pas seulement d'un point de vue des critères techniques au vu

de la Directive Audiovisuel, mais surtout en fonction des dispositifs de la

Charte des droits fondamentaux, a encore souligné la FEJ.

"Nous sommes convaincus qu'il sera nécessaire de

lancer une procédure contre la Hongrie aux termes de l'article 6 du Traité

européen si le gouvernement hongrois ne change pas de façon radicale la loi en

vigueur sur les medias", relève la lettre de la FEJ adressée au président

Barroso.

Le mois dernier la FEJ  avait dénoncé le fait que

la nouvelle loi sur les médias adoptée par Budapest pouvait conduire les

journalistes et les médias à être sanctionnés par de fortes amendes s'ils

refusaient de révéler leurs sources et si ils publiaient des papiers dont les

contenus pouvaient être jugés inappropriés et « non équilibrés » par

le Conseil des médias institué par cette loi.

"Du fait de cette loi, les bureaucrates

gouvernemenataux et les dirigeants politiques hongrois sont devenus les

rédacteurs en chef des médias en Hongrie", a déclaré le président de la

FEJ Arne König, "Cette situation est absurde et complètement inacceptable

dans un pays démocratique".

Aux yeux de la FEJ, cette situation créée par cette

loi en Hongrie, non seulement met en cause le principe du journalisme comme

bien public, mais plus encore, il entache la crédibilité de l'UE comme

institution défendant les droits de l'Homme.

La FEJ rappelle que la Charte des droits fondamentaux

qui dans son article 11 a trait au pluralisme des médias et au droit à la

liberté d'expression est un élément essentiel de la législation européenne.

La FEJ a salué la déclaration jeudi du président

Barroso selon lequel "la liberté de la presse constitue pour nous un principe

sacré. C'est un principe fondamental". Néanmoins, la FEJ note que les

journalistes et les medias en Europe attendent des responsables européens

qu'ils réaffirment leur soutien à la presse et obtiennent de la Hongrie des

assurances que cette loi soit modifiée pour garantir aux citoyens hongrois la

liberté d'expression comme le stipule la Charte des droits fondamentaux.

La FEJ enfin apporte son soutien total à l'Association

des journalistes hongrois, membre de la FEJ, qui exige la suspension immédiate de la loi controversée sur les médias en

attendant une enquête officielle des instances de l'UE sur cette loi et ses

conséquences. Ils réclament qu'ensuite cette loi soit modifiée avant d'être

ré-examinée.

Pour plus d'information, veuillez contacter la FEJ au  +32 2 235 2200       

La FEJ représente environ 250.000 journalistes dans plus de 30 pays

d'Europe.