FIJ Congrès 2001 : 22. Droits des journalistes gays et lesbiennes

Resolutions approuvées par le 24ième Congrès de la FIJ reuni a Séoul du 11 au 16 juin 2001


22. Droits des journalistes gays et lesbiennes

MEAA, Australie


Préambule


La Fédération internationale des journalistes a une longue tradition de lutte pour les droits de l'homme des journalistes. En 2001, il conviendrait que la FIJ commence à s'occuper d'un autre aspect des droits de l'homme - le droit des journalistes gays et lesbiennes.


En tant que syndicalistes, nous reconnaissons que la discrimination sous toutes ses formes est inacceptable, et pourtant tous les jours des journalistes gays et lesbiennes sont harcelés, licenciés, brutalisés et victimes de discriminations en raison de leur inclination sexuelle. Nous ne pouvons pas obtenir d'emploi, de promotion, nous ne pouvons pas bénéficier des mêmes droits, prestations et avantages que nos collègues, non en raison de nos compétences journalistiques, mais à cause de notre sexualité.


La FIJ et ses affiliés doivent encourager la diversité et l'intégration sociale et s'assurer qu'aucun journaliste ne doit craindre pour son avenir professionnel en raison des préjugés d'autrui ou de l'homophobie. Nous devons continuer a développer nos capacités à recruter de nouveaux adhérents et tenir compte des problèmes de groupes qui jusqu'a présent étaient en marge des grandes préoccupations des syndicats. Les journalistes lesbiennes et gays sont un de ces groupes.


Mais au cours des 30 dernières années, la société a commencé à accepter plus facilement les gays et lesbiennes, puis nous nous sommes affirmés au sein des syndicats en tant que membres dignes d'intérêt, de même que dans les salles de presse du monde entier. Il est temps pour les syndicats de changer avec la société.


Nos syndicats ont été créés pour protéger les conditions de travail des journalistes. Si un journaliste fait l'objet de discriminations ou de harcèlement en raison de son inclination sexuelle, il incombe au syndicat de ce journaliste de lui fournir une protection juridique et sociale. Cette protection est même davantage nécessaire dans les pays où n'existe pas de législation pour prévenir la discrimination fondée sur la sexualité.


Malheureusement, les syndicats ne remplissent pas toujours leurs obligations envers leurs membres gays et lesbiennes. Cependant, en ce nouveau millénaire, ces journalistes s'attendent à ce que leurs droits soient respectés et pris en considération. Pour ce faire, la 2e Conférence mondiale des syndicalistes gays et lesbiennes se tiendra à Sydney en 2002.


Afin de refléter l'orientation politique de la FIJ en matière d'égalité, qui vise à assurer à tous les adhérents des syndicats membres ainsi qu'aux employés de la FIJ de ne pas être "traités moins favorablement en raison de leur genre, couleur, nationalité, religion, orientation sexuelle ou handicap" :


Le 24e Congrès de la FIJ, réuni à Séoul du 11 au 15 juin 2001,


apporte son soutien à la 2e Conférence mondiale des syndicalistes lesbiennes et gays qui se tiendra à Sydney en 2002. De plus, la FIJ invite instamment ses affiliés à envoyer des délégués à cette conférence qui mettra l'accent sur des aspects importants des droits de l'homme.


charge également le Comité exécutif de la FIJ de suivre l'exemple de l'Internationale des services publics (ISP) et de l'Internationale de l'éducation (IE) en se dotant d'une politique générale sur le travail en compagnie de membres gays et lesbiennes, afin de s'assurer que les syndicats adoptent une prévention active de la discrimination et de l'homophobie au travail et améliorent les conditions de travail des journalistes gays et lesbiennes.