Coupe du monde de rugby : la FEJ dénonce le sport-business qui dépouille les journalistes de leurs droits

Aujourd’hui la Fédération Européenne des Journalistes (FEJ), le groupe européen de la Fédération Internationale des Journalistes, a dénoncé l’intention de l’International Rugby Board (IRB) de limiter les droits des journalistes lors de la Coupe du monde qui s’ouvre ce vendredi en France.


«Le sport-business, de même que le show-business, dépouille les journalistes et remet en cause des droits considérés comme inaliénables, tels que les droits d’auteur et l’accès à des manifestations publiques », a déclaré le Président de la FEJ, Arne König. « Il est inacceptable de laisser une instance sportive conditionner l’accréditation journalistique à l’abandon de ces droits. Nous nous sommes heurtés à des problèmes similaires lors des Jeux Olympiques et de la dernière Coupe du monde de football. Nous nous insurgeons et nous défendrons nos droits »


L’IRB prévoit de limiter la diffusion des photographies des rencontres de la Coupe du monde de rugby par les agences à leurs abonnés et l’abandon des droits d’auteur par les reporters-photographes à son seul profit. De plus elle prévoit de limiter le nombre de photos à 50 (20 par mi-temps, et 5 pour chacune des deux périodes de prolongation) qui pourront être diffusées à destination des clients des agences de presse, décidant ainsi arbitrairement de la retranscription de l’événement par la limitation du volume de la « copie ».


Une coalition a déjà été formée entre des syndicats de journalistes, les principales agences de presse (AFP, AP, Reuters, DPA et Getty) et certains quotidiens pour s’opposer à cette mainmise commerciale.


La FEJ soutient cette coalition et rappelle que lors de son Assemblée générale à Zagreb en mars 2007, les membres de la FEJ ont adopté des recommandations pour les photographes stipulant que les seules limites à l’exercice de la profession sont celles de l’éthique et qu’aucun photographe ne pouvait être forcé d’abandonner ses droits d’auteurs pour exercer son métier.


La FEJ appelle le gouvernement français à faire respecter la loi française par l’IRB, à savoir le droit à l’information et les droits d’auteur. En particulier, la FEJ demande à la ministre des sports d’intervenir dans les meilleurs délais pour rappeler à l’ordre l’IRB afin de cesser de faire de l’argent sur le dos des professionnels de l’information.


Les membres de la FEJ en France n’excluent pas d’appeler les journalistes accrédités à la Coupe du monde de manifester leur solidarité active avec leurs confrères reporters-photographes, sous la forme d’un boycott. De tels boycotts ont déjà eu lieu dans d’autres pays dans le cadre de tournées d’artistes qui exigeaient que les photographes renoncent à leurs droits.


Pour plus d’informations, veuillez contacter le + 32 2 235 22 00

La FEJ représente plus de 250 000 journalistes dans plus de 30 pays