Charte de l'Ethique et de la Deontologie des Journalistes Algeriens

CHARTE DE L'ETHIQUE ET DE LA DEONTOLOGIE DES JOURNALISTES ALGERIENS

Déclaration des devoirs et des droits

Le journaliste professionnel, quel que soit son statut, est celui qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée, l'exercice de sa profession dans un ou plusieurs médias et qui en tire le principal de ses ressources.


Le droit à l'information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales qui participent de la défense de la démocratie et du pluralisme médiatique. De ce droit à connaître et faire connaître les faits et les opinions procède l'ensemble des devoirs et des droits des journalistes.


La responsabilité du journaliste vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l'égard de son employeur et des pouvoirs publics.


La mission d'information comporte nécessairement des limites que les journalistes s'imposent et s'appliquent librement. Tel est l'objet de la déclaration des devoirs formulés ici.


Mais les devoirs ne peuvent être effectivement respectés dans l'exercice de la profession que si les conditions concrètes de l'indépendance du journaliste sont réunies. Tel est l'objet de la déclaration des droits qui suit.


Ni loi qui contraint et réprime, ni code qui impose et astreint, cette charte de l'éthique et de la déontologie définit un ensemble de règles de conduite basées sur des principes universellement admis. Celles-ci régissent les rapports des journalistes entre eux et entre ces derniers et le public.


Librement acceptées et démocratiquement adoptées, ces règles doivent servir de guide de conduite à la pratique du journalisme.


Un conseil supérieur de l'éthique et de la déontologie composé de pairs veille au respect de ces principes.



Déclaration des devoirs

Le journaliste se fait un devoir de :



Respecter la vérité quelles qu'en puissent être les conséquences pour lui-même et ce en raison du droit que le public a de la connaître.


Défendre la liberté d'information, d'opinion, du commentaire et de la critique.


Séparer l'information du commentaire.


Respecter la vie privée des personnes et leur droit à l'image.


Publier uniquement les informations vérifiées. S'interdire d'altérer l'information. S'efforcer de relater les faits en les situant dans leur contexte.


S'interdire de diffuser des rumeurs.


Rectifier toute information diffusée qui se révèle inexacte.


Garder le secret professionnel et ne pas divulguer ses sources.


S'interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation et les accusations sans fondement.


Ne pas confondre le métier de journaliste avec celui de publicitaire ou de propagandiste; n'accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs.


N'accepter de directive rédactionnelle que des responsables de la rédaction et dans le strict respect de la clause de conscience.


S'interdire de faire l'apologie, sous quelque forme que ce soit, de la violence, du terrorisme, du crime, du fanatisme, du racisme, du sexisme et de l'intolérance.


Tout journaliste digne de ce nom, reconnaissant le droit en vigueur dans chaque pays, n'accepte en matière d'honneur professionnel que la juridiction de ses pairs, à l'exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.


S'interdire de tirer une quelconque faveur d'une situation où sa qualité de journaliste, ses influences et ses relations seraient susceptibles d'être exploitées.


Ne pas solliciter la place d'un confrère, ne pas provoquer son licenciement ou sa rétrogradation en offrant de travailler à des conditions inférieures.


Ne pas confondre son rôle avec celui du juge ou du policier.


Respecter la présomption d'innocence.


Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.


Déclaration des droits

Le journaliste a le droit :



Au libre accès à toutes les sources d'information et le droit d'enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. On ne peut lui refuser l'accès aux sources que par exception et en vertu de motifs dûment exprimés.


A la clause de conscience.


A l'information de toute décision importante de nature à affecter la vie de l'entreprise.


A un statut professionnel.


A la formation continue et au perfectionnement dans le cadre de son travail.


A des conditions socioprofessionnelles nécessaires à l'exercice de son métier. A un contrat personnel dans le cadre des conventions collectives garantissant la sécurité matérielle et l'indépendance économique.


A la reconnaissance et au bénéfice du droit d'auteur.


Respect du produit journalistique et la fidélité de son contenu.

Alger, le 13 avril 2000