Cameroun: Rapport d'activités 2003 du SNJ

Rapport du Syndicat National Des Journalistes du Cameroun


Janvier 2003 : Préparation, à la demande de la section Afrique des projets de la FIJ (Fédération Internationale des Journalistes) à Bruxelles, d'un document de référence sur le statut social des employés de la presse camerounaise intitulé « Médias : Evolution et entraves à la profession de journalistes en Afrique : l'exemple du Cameroun ».


Publication d'un projet de programme d'action.


Janvier 2003 : Dans une « Déclaration » rendue publique au lendemain de la signature du décret du Premier ministre chef du gouvernement Peter Mafany Musongè (daté du 09 décembre 2002) instituant une commission de délivrance de la carte de presse, le bureau national du SNJC réuni à Douala émet des réserves sur l'affluence dans cette commission de représentants du gouvernement, mais prend acte de la nomination d'un de ses membres fondateurs, Alain Blaise Batongue, le rédacteur en chef du quotidien « Mutations », comme secrétaire permanent de ladite commission.


Février 2003 : Participation, sur invitation du président de l'Union des éditeurs de presse de l'Afrique centrale (Uepac), Pius N. Njawe, directeur du groupe de presse multimédias Le Messager/Freedom FM, à une réunion au siège du journal Le Messager à Douala, assise au cours de laquelle les patrons de presse ont notamment exprimé leur inquiétude de voir le syndicat s'attaquer aux patrons de presse pour les fragiliser, alors même que ces derniers s'attendent à coaliser avec les syndicats pour faire face au pouvoir. Aussi l'Uepac propose des rencontres périodiques de discussions avec le SNJC.


Ibidem : Rencontre avec le président de l'Union des Journalistes du Cameroun (UJC), le doyen Célestin Lingo , qui exprime des préoccupations similaires à ceux de l'Uepac, « sur les batailles stériles que pourraient se livrer l'UJC et le SNJC, d'où il suggère un travail concerté d'échange d'expériences dont l'efficacité peut puiser dans le dynamisme du SNJC.


Mars 2003 : La réunion du bureau du SNJC adopte un programme d'activités pour les deux semestres restants, modifie sa position sur la nomination de la commission nationale de délivrance de la carte de presse - dont l'un de ses membres fondateurs, Alain Blaise Batongue du quotidien « Mutations », est nommé secrétaire permanent -, et se prononce sur les tribulations des entreprises de presse et les journalistes.


Mars 2003 : Prise de contacts avec des journalistes des provinces de l'Est, du Sud-Ouest et d'Extrême-nord en vue de la création envisagée de sections du SNJC à Garoua, Maroua, Bertoua et Buea.


09 avril 2003 : création d'un antenne régionale du Syndicat à l'Ouest Cameroun à Bafoussam, sous la houlette du secrétaire national aux relations internationales et à la coopération du SNJC, David Nouwou, représentant le président du SNJC. Le camarade Guy Modeste Dzudié, alors journaliste au journal « Ouest Echos » - aujourd'hui journaliste au quotidien « Mutations » - est élu pour conduire les destinées de cette branche.


Avril 2003 : Rencontre/discussion dans un restaurant de la ville de Douala des membres bureau du SNJC avec le président de la section camerounaise de l'Uepac (Union des éditeurs de presse de l'Afrique centrale), Guy Constantin Moussy, directeur de publication du journal « Indices », avec les membres de son bureau. La discussion porte pour l'essentiel sur les perspective en matière d'amélioration des conditions de vie et de travail des employés de presse dans leurs entreprises quelle qu'en soit la taille.


19 avril 2003 : Tenue d'une « Journée Syndicale des Journalistes (JSJ) » à l'hôtel Mercure/Accor Yaoundé ; campagne d'adhésion et de formation syndicale + cocktail avec la participation du Louis Sombès, syndicaliste le plus célèbre au Cameroun, ancien secrétaire général de la Cstc et ancien membre du conseil d'administration de l'OIT et ancien directeur à l'organisation de l'Oraf/Cisl) à Nairobi au Kenya ; Ibrahim Mayaki, du BSR/BIT, ancien secrétaire général de l'Union générale des travailleurs du Niger...


22 avril 2003 : Participation à un colloque sur le thème de « L'aide publique à la presse », organisé conjointement par l'UJC, le CRAC, le SNJC et L'institut Panos Paris. Au cours de ce colloque tenu à l'Hôtel Hilton de Yaoundé, le SNJC, dans sa contribution, insiste sur l'exclusion de fait des journalistes de base du bénéfice directe ou indirect de l'aide gouvernementale inédite annoncée à toutes les entreprises de communication (dont les agences de publicité, les imprimeries, etc.), déjà si insignifiante - 150 millions de francs Cfa seulement.


1er mai 2003 : Campagne médiatique du SNJC contre les dispositions du code du travail camerounais subordonnant la création des syndicats à une complexe procédure d'autorisation administrative et faisant entorse aux normes internationales en matières de liberté syndicale qui affirment « les syndicats se créent librement ».


03 mai 2004 : Elaboration et exécution par le SNJC d'un programme/budget, de concert avec l'UJC (Union des journalistes du Cameroun) avec l'appui de la représentation de l'Unesco de l'Afrique centrale, dans le cadre de la célébration officielle de la Journée internationale de la presse, avec la participation du Ministère de la communication.


Campagne médiatique nationale et internationale sur la situation sociale précaire des journalistes camerounais (publication de communiqué et interventions sur les médias nationaux et internationaux).


22-23 mai 2003 : Invitation du SNJC à participer au séminaire atelier sur le thème « L'éthique dans les médias et les nouvelles techniques de l'information et de la communication au Cameroun » organisé par le Centre interdisciplinaire et interréligieux de recherche en éthique à Yaoundé sous le parrainage de du ministère de la communication, des postes et télécommunications, de l'Unesco, du Pnud et de la Pana.


05-06 Mai 2003 : Participation comme organisation ressource, sur invitation de l'ambassade des Etats-Unis au Cameroun, à un séminaire à Douala sur les organisations des médias pour la liberté de presse au Cameroun, avec la participation du Camasej (Camaroon English speaking Journalists), etc.


Juillet 2003 : Invitation officielle du président Richard Ekoka Sam Ewandè, au SNJC à prendre part aux travaux de la deuxième session ordinaire de la commission de délivrance de la carte de presse convoquée le mardi 29 juillet 2003 à 11h dans la salle du conseil d'administration de la Sopecam.


Août 2003 : Rencontre/Séances de travail à Douala avec Gabriel Ayité Baglo, le responsable du bureau Afrique de la FIJ à Dakar au Sénégal. Discussions et perspectives du développement syndical au Cameroun et remise au SNJC de textes collectifs des journalistes en vigueur en Afrique de l'Ouest, en particulier au Sénégal.


Septembre 2003 : Rencontre à Douala entre des émissaires OSI (Open Society Institute), Stewart Chisholm et Dapo Olorunyomi, et les membres du SNJC dans l'optique du développement de programmes de renforcement de capacités pour la presse et les organisations des journalistes.


Novembre 2003 : Admission du SNJC comme Corporate Member du Commonwealth Journalists Association (CJA), association (basée depuis quelques mois à Trinidad & Tobago aux Caraïbes) regroupant organisations et journalistes des pays membres du Commonwealth of Nations. Les contacts à cet effet ont commencé dès le mois de juillet 2003 avec le président de la section australienne du CJA, Pieter Wessels.


12 novembre 2003 : Obtention de l'« Autorisation » du Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) en qualité de syndicat indépendant par le ministère de l'Emploi, du travail et de la prévoyance sociale (Metps) conformément aux dispositions de la loi n° 92/007 du 14 août 1992 portant code du travail. Après une procédure administrative, le SNJC est enregistré au greffe des syndicats sous le n°SNI/I/28. Selon une résolution prise en réunion du conseil des qui a souhaité qu'il ne dépendent d'aucune des centrales syndicales locales, notamment la Cstc (Confédération syndicale des travailleurs du Cameroun), l'Uslc (Union des syndicats libres du Cameroun) et la Csic (Confédération des syndicats indépendants du Cameroun).


« Reconfiguration » subséquente de certains aspects de l'économie des statuts du SNJC pour correspondre à certains critères « officiels » en matière de syndicats.


18-21 novembre 2003 : Participation à l'atelier international sur « L'Organisation internationale du travail (OIT) et ses moyens d'action » à l'hôtel First Inn International de Limbe, organisé par le Bureau sous-régional de l'OIT.



Jean Marc Soboth


--------------------------------------------------------------------------------

Syndicat National des Journalistes du Cameroun

(SNJ - Cameroun)

12, Rue Prince de Galles Akwa Douala

P. O. Box : 5580 Akwa Douala

Republic of Cameroon

Phone : (mobile) : + 237 996 90 37 ; (office) : + 237 343 22 27 ; (Fax) : + 237 343 26 69