30/01/2018
 

Mettre fin à l'impunité: la FIJ appelle à un changement radical pour la sécurité des médias suite à la mort de 82 journalistes en 2017

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a publié aujourd'hui son rapport annuel complet sur les journalistes et les professionnel.le.s des médias tué.e.s en 2017. Il détaille les assassinats de 82 journalistes et professionnel.le.s des médias figurant sur la liste publiée le 31 décembre 2017.

Categorie:

TOP NEWS, Africa, Europe, Latin America, Asia Pacific, Middle East and Arab World, AFRICA, Campagnes, Rapports, Events

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a publié aujourd'hui son rapport annuel complet sur les journalistes et les professionnel.le.s des médias tué.e.s en 2017. Il détaille les assassinats de 82 journalistes et professionnel.le.s des médias figurant sur la Opens external link in new windowliste publiée le 31 décembre 2017.

Lire le rapport complet (en anglais) Initiates file downloadici.

Les témoignages et les tragédies présentées dans le rapport révèlent que bien qu'il y ait de nombreuses raisons de se réjouir que le nombre de décès de journalistes survenus dans le cadre de leur travail soit tombé à son niveau le plus bas en dix ans, le nombre de morts demeure inacceptable.

"La liste des tragédies et des pertes présentée dans ces rapports annuels est dévastatrice pour la communauté des journalistes", a déclaré le Secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger. "Cependant, le meilleur hommage que nous puissions rendre aux victimes est de se mobiliser sans relâche et de travailler inlassablement pour éradiquer l'ombre de l'impunité qui plane sur le journalisme depuis trop longtemps."

Dans de nombreux pays, le journalisme reste une profession extrêmement périlleuse, notamment en Afghanistan, qui a enregistré le plus grand nombre d'attentats suicides et au Mexique, avec un nombre record d'assassinats ciblés (13), pour la plupart causés par la corruption locale et la connivence entre le crime organisé, les trafiquants de drogue et les autorités locales.

Le rapport met en exergue des menaces urgentes pour la sécurité des journalistes à travers le monde. Elles incluent l'opposition aux médias en tant que pilier essentiel de la démocratie dans certaines régions d’Afrique, l'incapacité de certains pays européens à traduire en justice ceux qui tuent des journalistes,, le règne de la terreur imposé par le crime organisé en Amérique latine, les attaques terroristes en Asie-Pacifique, au Moyen-Orient et dans le monde arabe et la violence sur les lignes de front dans cette dernière région.

Il propose également des initiatives proactives de la FIJ et de ses affiliés démontrant leur détermination à travailler ensemble pour le changement. La FIJ propose notamment une Opens external link in new windownouvelle convention internationale sur la sécurité et l'indépendance des journalistes et autres professionnel.le.s des médias, qui sera proposée aux membres des Nations Unies pour adoption. La convention vise à fournir les moyens de faire respecter les lois existantes et de demander des comptes à ceux qui s’attaquent aux journalistes.

D'autres initiatives concernent la lutte contre la crise sécuritaire des médias dans la région Asie-Pacifique, où des affiliés de la FIJ au Népal (FNJ) et aux Philippines (NUJP) ont mis en place des réseaux efficaces de surveillance des médias afin de surveiller la situation et continuer à faire pression pour obtenir un changement significatif. En Irak, un comité national sur la sécurité des journalistes et l'impunité a été créé à la suite d'une campagne menée par le Syndicat des journalistes iraquiens (IJS), qui a coordonné le processus et organisé plusieurs réunions.

«Grâce à ce rapport approfondi, la FIJ rend hommage à tous nos courageux collègues qui, l'an dernier, ont payé le prix ultime pour avoir révélé la vérité. La FIJ et ses affiliés dans le monde entier continuent de se battre et de développer de nouvelles idées et initiatives afin de mettre fin à la crise de la sécurité dans les médias, en construisant des syndicats plus forts pour protéger les journalistes et les professionnels des médias. Beaucoup de choses ont été faites mais aujourd'hui nous n'oublions pas les défis continus auxquels nous devons faire face au sein de la profession en termes de sécurité et de droit du travail, notamment en luttant contre l'impunité scandaleuse qui protège les assassins des journalistes», a ajouté le Président de la FIJ, Philippe Leruth.  


Pour de plus amples informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 16

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 146 pays

Retrouvez la FIJ sur Twitter et Facebook

Abonnez-vous aux infos de la FIJ

Share

Comment

L'adresse e-mail n'est pas valide
Veuillez entrer
Si vous ne voyez pas votre commentaire, c'est qu'il est en cours de modération ou qu'il a été rejeté.