27/02/2015
 

La FIJ soutient le dialogue russo-ukrainien en faveur de la lutte contre le harcèlement et l'intimidation des journalistes

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) s'est engagée à apporter son soutien dans la procédure de dialogue établie entre les syndicats de journalistes ukrainiens et russes, sous la direction de Dunja Mijatovic, représentante de l'OSCE pour la liberté des médias.    

Jim Boumelha, président de la FIJ, a participé à la cinquième session de dialogue organisée entre l'Ukraine et la Russie, à Vienne, le 25 février. Le Syndicat russe des journalistes (RUJ), le Syndicat national des journalistes de l'Ukraine (NUJU) et le Syndicat indépendant des médias de l'Ukraine (IMTUU) se sont rencontrés là-bas, pour réétudier la situation vécue par les journalistes qui tentent de couvrir les événements survenus dans l'est de l'Ukraine.    

« Les conflits, la violence et la propagande belliqueuse ont créé une atmosphère d'agressivité et de méfiance que les gouvernements manipulent pour imposer leur propre forme de contrôle et de censure des médias », a déclaré Jim Boumelha. Il a ajouté : « Le dialogue est un processus nécessaire à la reconstruction de la confiance entre journalistes et permet de garantir une unité au sein des professionnels des médias pour lutter contre la censure et les actes d'intimidation. Il offre également aux journalistes la possibilité de défendre leurs droits et leurs libertés et leur permet de continuer à fournir une information libre et neutre au public. »    

L'année précédente a vu la mort de huit journalistes en Ukraine, ainsi que de nombreux enlèvements, actes d'intimidation et attaques. Jusqu'à présent aucun incident majeur impliquant des journalistes n'est à déplorer dans l'est de l'Ukraine en 2015. Cependant, les tensions ne redescendent pas encore.    

En Russie, le gouvernement a ouvert une enquête sur les travaux du Centre de défense des médias de masse, l'ONG russe la plus importante en matière de conseil et d'aide juridique pour les médias et les journalistes, car il la suspecte d'être un « organisme étranger ». Le RUJ est engagé dans deux procès, ouverts pour tenter de l’obliger à quitter ses bureaux et le Journalists Dom, la maison de presse traditionnelle de Moscou.    

En Ukraine, le Conseil national pour la télévision et la radio a émis un troisième avertissement contre le média 112 Ukraine pour avoir propagé des idées anti ukrainiennes via une interview diffusée sur un talk show en direct qui présentait le point de vue russe sur l'affaire. Le média est maintenant menacé de fermeture. En outre, les journalistes russes se voient systématiquement refuser les accréditations nécessaires pour travailler dans le pays ou participer à des conférences de presse officielles.    

« Refuser les accréditations aux journalistes et tenter de censurer les opinions déplaisantes sont des manœuvres contreproductives qui vont à l'encontre des valeurs de la démocratie et des principes fondamentaux des droits de l'Homme que les gouvernement prétendent défendre », a déclaré M. Boumelha.    

Mogens Blicher Bjerregård, président de la Fédération européenne des journalistes (FEJ) a annoncé : « Les menaces de fermeture proférées contre 112 Ukraine sont démesurées. Les exigences réglementaires ne doivent pas être détournées afin de bâillonner les voix contestataires. Le gouvernement ukrainien doit comprendre qu'il ne peut y avoir de liberté et d’indépendance de la presse sans pluralisme des médias. »    

Les participants au dialogue de l'OSCE ont publié une déclaration conjointe pour condamner la violence et les discours de haine. Par la même ils en ont profité pour rappeler que « la solidarité entre professionnels est capable de dépasser les stéréotypes, ainsi que le désir des politiciens et des propagandistes de semer la discorde parmi les journalistes de nos pays pour les transformer en outil de manipulation ».


 Pour de plus amples informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 17

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 134 pays

Retrouvez la FIJ sur Twitter et Facebook

Share

Comment

L'adresse e-mail n'est pas valide
Veuillez entrer
Si vous ne voyez pas votre commentaire, c'est qu'il est en cours de modération ou qu'il a été rejeté.